Feedback d’étudiants

1) Témoignage d’Etienne H.

 » Si vous aimez l’expression corporel et le mime, et désirez progresser et apprendre mieux la pratique de cet art, pour l’oeuvre du Seigneur, rien de mieux qu’un ou  plusieurs stages avec « innovofrance ». Je l’ai fait une fois, et garde un excellent souvenir de la formation, la bonne ambiance, et l’accueil de nos chers Farid et Martina.

Je me souviens qu’au stage, on nous avait demandé d’imaginer un mime à partir d’un texte biblique, du Nouveau Testament: Paul et Silas en prison. Très intéressant, et enrichissant !

Juste pour vous dire, que vous ne regretterez pas d’y aller. Si je peux j’y retourne ! »

2) Témoignage de S. , une des participantes du stage

2 Corinthiens 3

« Or le Seigneur, c’est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté »

             Quelle joie immense de bénéficier à  nouveau des enseignements et cours artistiques mis en place par Innovo ! L’an dernier, j’ai pu participer à trois journées qui furent pour moi l’occasion de me mettre à part pour me recueillir, méditer la Parole du Seigneur et me plonger dans l’univers du mime et de la danse consacrés à notre Père Créateur, lui  qui a mis en nous ses dons de créativité, de vie et de joie. Les moments partagés avec les professeurs, les participants et les étudiants de l’institut biblique de Nogent sur Marne m’ont permis d’ancrer plus solidement ma Foi en Jésus Christ et de saisir la portée de mon appel et ma consécration pour l’honorer et le magnifier.

J’ai gardé précieusement  toute l’année écoulée ces messages et cet amour répandu à travers toutes ces personnes qui donnent leurs corps à notre Père Céleste. Grâce à ces « temples consacrés », il nous conduit  dans sa Liberté d’aimer et d’être aimée.

Je me souviens de la méditation qui a été faite sur cet enfant qui plantait les bulbes de fleurs tantôt à l’endroit tantôt à l’envers. Elle était remplie d’ardeur de bien faire. Sa joie débordait de vie et d’élan. Elle commettait des maladresses mais son père la regardait toujours avec un regard bienveillant et chaleureux. Il acceptait son enfant telle qu’elle était, dans ses imperfections, dans son insouciance et dans son élan d’Amour. Cette méditation présentée l’an dernier m’a réconfortée et guidée toute l’année. Lorsque j’échouais dans mes tentatives d’être meilleure, de mieux agir, je repensais à ce père qui chérissait malgré tout cet enfant, qui lui pardonnait et qui était présent constamment pour elle l’aimant d’un amour inconditionnel. Ce père n’est autre que Notre Père, notre Créateur, l’unique capitaine de nos vies.

Quelle chance pour moi d’avoir été choisie par Jésus, de bénéficier de sa grâce et d’être transformée en « sa créature merveilleuse » comme l’indique le psaume 139.

Je me souviens aussi  de ces cours de mime animés par Rachel alliés aux cours de danse prodigués par Dan et Mélanie qui m’ont aidée à faire la paix avec mon corps que je négligeais et que je voyais comme un ennemi. Leurs enseignements m’ont fait grandir dans le respect de ce corps dont  le Seigneur m’a doté. J’ai appris à le choyer et à l’aimer. Christine Sayous et Sodapop avait préparé le terrain en janvier 2014 à Angers. J’avais reçu avec  eux une première approche de cette union possible entre l’âme, le corps et l’esprit. Innovo n’a cessé de me le confirmer.

Cette année encore, le stage commence fort. Je mesure les progrès accomplis en Jésus Christ.  Le Seigneur façonne non seulement mon cœur, mon âme, mon esprit mais aussi ma silhouette. Il me revêt de sa souplesse, de son élasticité pour que je puisse l’adorer par le mouvement dansé.

Je redécouvre la louange par le geste et notre Dieu bienveillant pose encore son regard sur moi et m’interpelle dans cette séance avec Martina et mes sœurs.  Notre Roi les utilise pour que je puisse me  regarder non à travers mon  regard, mon jugement  ou celui des sœurs  présentes mais à travers ses yeux à lui. Lors d’un exercice, le Saint Esprit dirige les unes et les autres afin que l’image négative que j’ai de moi, qui persiste parfois et ressurgit soit complètement brisée. Il brise le reflet que j’ai  de ce corps déformé, tordu, imparfait  et que je regarde dans mon miroir imaginaire. Dans sa grandeur et dans sa bonté, notre Père céleste me rappelle que mes yeux doivent être fixés sur lui et que c’est dans son regard à lui que je dois me fier et me  confier.  Ce sont ses yeux que je dois chercher, c’est dans son regard rempli d’amour qu’il me faut me plonger afin d’être purifiée et complètement restaurée.

A ce moment-là, dans ses yeux lumineux, je vois et je comprends que je suis devenue une « nouvelle créature », sa « perle » merveilleuse, son enfant chéri et béni et à présent, je l’accepte, l’accueille avec reconnaissance.

Notre Dieu est un Dieu admirable car il nous façonne et nous transforme à son image. Il se révèle à nous avec patience, puissance et une générosité qui dépasse notre entendement.

Qu’i l soit loué, exalté, magnifié pour  tant de sérénité, de joie, d’amour ! Avec lui dans nos vies, nous pouvons affirmer haut et fort que nous sommes libres, vivifiés, justifiés et rendus saints.

Merci Ô Dieu pour tous ces bienfaits dans nos vies !

3) Témoignage de S. , une des participantes du stage

Le 28 avril 2015
Je participe au cours de louange par le Geste animé par Sybille.
Il est 14h50. Sybille nous demande de noter par écrit ce qui vient à notre esprit, ce que nous voulons demander à Dieu, ce que nous voulons lui remettre, un court témoignage en somme, que nous danserons ensuite, de manière individuelle, en gardant les yeux fermés. Ce moment instauré dans un climat de sécurité et de confiance nous permet de nous recueillir et d’entrer en communication directe avec notre Père. C’est un moment d’étroite intimité.
Voici ma lettre :
«  Seigneur, tu vois comme je brûle d’amour pour toi et comme je désire te consacrer toute ma vie.
Je veux m’engager avec fidélité, ardeur et force mais il m’arrive encore d’être paralysée par la peur.
J’ai peur pour les miens.
J’ai peur de les voir mourir.
Je suis prête à payer de ma vie pour toi mais je te demande de les épargner et de les protéger.
Attire-les à toi et donne-leur ta grâce.
Seigneur, je me sens encore prisonnière de ces secrets de famille. Je ne sais pas si j’ai subi ou non ces attouchements étant bébé. Je ne veux plus regarder en arrière.
Je veux te contempler et vivre intensément chaque jour que tu m’offres.
Ma vie, mon corps, mon âme, mes pensées t’appartiennent et je veux me donner à toi avec tout ce que je suis.
Merci Seigneur pour cet honneur que tu me fais d’être mon père, ce père rempli de tant de bonté, de patience, de tolérance et d’amour. Je t’aime. Je te chéris de toute mon âme.
Je te remets ma bouche pour proclamer tes miracles dans ma vie et te donne mon cœur pour qu’il puisse battre pour toi et avec toi. »

En écrivant cette lettre, je réalisais à quel point je dépendais encore du regard sévère que je portais sur moi, sur ma vie. J’avais peur de perdre les miens aussi…peur de m’engager entièrement dans la voie que le Seigneur me trace et qui me semble si incroyable.
Plusieurs fois pourtant, le Seigneur m’a exhorté à garder mon cœur en lui et à être rassurée de sa Paix.

Depuis ma conversion, je vis des moments surnaturels qui me surprennent, je sens cette chaleur qui vibre en moi et me remplit d’un feu puissant. Tout mon corps se met à trembler.
Lorsque ces sensations physiques ne viennent pas, je m’interroge et me demande si le Seigneur est bien avec moi. Autant de craintes qui me remplissaient encore en début d’après-midi.
Or, différents moments de la journée ont été pour moi des cadeaux d’une valeur insoupçonnée.

Sybille nous a présenté le mime qu’elle a créé en ses débuts en rappelant que Dieu aime ces prémisses de notre créativité et qu’il se réjouit même des petites choses que nous pouvons exécuter avec un cœur pur et joyeux. Je me sens touchée à ce moment et comprends que je suis aux prémisses de grands projets  que le Seigneur dépose dans mon cœur. Je ne dois pas avoir peur de me lancer et de lui offrir ma créativité aussi petite ou maladroite qu’elle puisse être.

Sybille mime une personne âgée qui contemple des photographies, supports à la réminiscence de souvenirs précieux. Tous ces moments de vie qui défilent sous mes yeux me plongent dans mes propres souvenirs et dans des visions très fortes que Dieu m’a donnés lorsque je suivais une thérapie suite à un burn out….je me vois tournoyée et dansée à la fête foraine…Je vis en même temps qu’elle ces instants de vie si précieux : une glace que je savoure, un mot d’amour écrit à mon amoureux alors que je suis en classe, l’élève sérieuse et assidue qui lève la main pour répondre aux questions du professeur, mes fiançailles avec mon mari, notre entrée dans l’église le jour de notre union, le fils à qui j’ai donné naissance et notre première sortie à la fête foraine… En l’observant, je réalise alors à quel point Dieu est généreux et à quel point il m’a déjà comblé de sa grâce et remplie de ses bienfaits. Je comprends que Dieu nous aime et nous donne ces instants du Vie. Il les multiplie et au soir de notre mort, nous pouvons nous les remémorer et les vivre à nouveau même si nos proches ne sont plus. Dieu est la Vie, est la source de notre vie et nous pouvons rester en paix car il est fidèle et témoigne de sa présence à travers ceux que nous rencontrons.

Plus tard, Farid m’interpelle et conduit par l’Esprit me parle du regard de Dieu. C’est la deuxième fois que je reçois dans ce stage une parole forte sur les yeux de Dieu et sur notre valeur en Christ. Dieu me connaît bien et il sait que j’ai besoin d’avoir des confirmations.

Dans mon témoignage baptismal, j’avais noté ceci :
« Auparavant, je pensais que « pour avoir du prix aux yeux de quelqu’un », je devais me comporter de telle ou telle manière, répondre à telle attente, remplir tel besoin.
Avec Jésus, j’ai compris que ça ne fonctionnait  pas ainsi. Il ne m’aimait pas pour mes efforts, pour ce que je tentais désespérément de paraître et d’être mais qu’il m’aime point.
 »

Longtemps, j’étais convaincue ne pas avoir de valeur….ne pas être digne de quoique ce soit et de qui que ce soit…ne mériter aucun amour…Je m’accrochais donc aux regards que les autres portaient sur moi et cherchais, dans leur regard, comment je devais me comporter, quelle personne j’étais. Je voulais « compter » pour eux et avoir du prix…
J’ai compris que j’étais esclave de ces regards et que je devais m’en libérer. Seul Dieu était en mesure d’accomplir ce miracle dans ma vie.

Farid m’a confirmé à nouveau cet après-midi que je ne devais pas me fier aux regards  des autres ni au mien mais qu’il est indispensable de regarder à la croix et de me regarder à travers les yeux de Jésus. Dieu me voit pure et  merveilleuse et c’est dans son regard que je dois résider et fixer mes pensées.

Lors de la soirée de louanges (deux heures plus tard), Farid intervient avec Dan pour présenter un mime improvisé. Je crois m’effondrer en écoutant et en visualisant ce qui se passe. J’ai l’impression que toute ma vie est révélée au grand jour… : les prières que j’adresse en secret à Dieu ( ma difficulté à trouver les mots lorsque je prie à voix haute), les paroles qu’on m’a dites : « si tu as besoin d’un Dieu dans ta vie c’est que tu es faible »,   les peurs concernant ma famille, leurs rejets ou incompréhensions,  mes souffrances passées, mon désir de vouloir tout abandonner au Seigneur et de lui consacrer toute ma vie avec cette réticence qui me paralyse et qui m’empêche d’être complètement à Lui, cette paix que le Seigneur place en  mon âme, cet appel à proclamer ses hauts faits, à danser avec liberté pour le glorifier, cette certitude qu’il ne m’abandonnera jamais, qu’il m’a choisie pour le servir, l’adorer et le magnifier, sa vie qu’il m’a donnée pour que je puisse répandre autour de moi sa Bonne Nouvelle etc. Tous les ingrédients sont présents. Les larmes roulent sur les joues tant je suis frappée par ces similitudes. L’Esprit Saint poursuit son travail en moi de purification. Il vient enlever toutes ces impuretés qui pesaient encore dans mes pensées.
Un verset est cité : Dieu « changera les lamentations en danses ! »Ce verset résonne très fortement dans mon cœur car il me rappelle le psaume 30 que j’ai reçu alors que j’étais dans le deuil en janvier 2014 et que je participais à un stage de louanges par la danse,  à Angers avec Machol danser la Vie.

Psaume 30 :

Avant que la soirée de louange ne se termine, nous sommes invités à nous avancer, aux pieds de la croix matérialisée par Dan, notre professeur de danse. Je sais que je dois m’avancer, m’agenouiller et toucher les pieds de Jésus…vision que j’ai reçue dans l’un de mes rêves à l’automne 2014. Ce geste symbolique était lui-même relié à l’épisode de la femme atteinte d’une perte de sang depuis douze ans (Marc 5 : 25), texte qui ne cessait d’apparaître dans ma mémoire depuis avril 2014 sans que je ne comprenne son sens et son rappel régulier. Implicitement, je demandais dans ma lettre de l’après-midi, une guérison complète de mon corps et de mes pensées afin de servir Dieu comme il l’a prévu….Le Père lui-même m’a répondu et est venu me guérir ce soir en recourant à l’art, en utilisant mes frères et sœurs en Christ et en confirmant que j’ai du « prix à ses yeux » et que je suis « précieuse » pour lui. Ce soir, je me sens véritablement libre en son Fils Jésus Christ et je rédige ce témoignage pour  lui manifester toute ma reconnaissance et mon envol vers lui. Merci Seigneur pour cette liberté et cette vie que tu m’accordes. Merci de faire de moi « cette nouvelle créature si merveilleuse. »

Et pour terminer la soirée, Martina m’explique (répondant ainsi, sans le savoir,  aux questions que je m’étais posées en début d’après-midi)  que je ne dois pas m’inquiéter si je ne « sens » pas ces manifestations émotionnelles apparaître.  Je n’ai plus besoin de chercher des confirmations dans mes « sensations » et « émotions ». Il me faut juste croire que Dieu est avec moi tous les jours de ma vie, que sa Parole est fidèle, que je lui appartiens et qu’il m’aime.

Que ce témoignage lui rende toute la gloire et les honneurs ! Amen.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *